Skip to content

Increase font size Decrease font size Default font size

 

MASTERS OF SEX

Dans les années 1950, les États-Unis sont secoués par la révolution sexuelle. Masters of Sex retrace l'histoire vraie de William Masters et Virginia Johnson, deux pionniers de la recherche en sexologie dont la carrière va les mener d'un hôpital de Saint Louis jusqu'à la Une du magazine Time.

alt
Michael Sheen et Lizzy Caplan interprètent W. H. Masters et Virginia Johnson

Ce drame est d'une durée de 59 minutes. Produit aux États-Unis en 2013, le film existe en version originale sous-titrée.

Masters of sex met en scène une approche à la fois physique et psychologique. Pour la réalisatrice Michelle Ashford, ce questionnement est toujours d'actualité car « si notre connaissance du corps a largement évolué, nos doutes face à nos performances, face au plaisir et aux sentiments de l'autre, sont toujours grands ».

Masters et Johnson ont écrit plusieurs ouvrages dont :

  • Les perspectives sexuelles - homo, bi, hétérosexualité, une ou des sexualités?
  • Les réactions sexuelles, résultat de onze ans de recherche
  • Les mésententes sexuelles et leur traitement

Source : http://www.cerhes.org/archive/2013/11/06/masters-of-sex-saison-1-ou-comment-une-chaine-de-tv-americai.html

*Cet article est une collaboration de Raymond Cyr

 

Vos désirs

« Vos désirs » interroge les normes de comportements sexuels valides et les préjugés qui excluent les personnes handicapées. Le film soulève des problèmes de fond auxquels il n’existe pas de réponse toute faite. Mais, ce faisant, il ouvre des voies pour un vivre-ensemble riche en nous invitant à explorer des espaces communs de rencontre et de plaisir pour nos corps handicapés et valides. Le film est construit autour d'extraits d'un texte de Zig Blanquer où sont explorées les questions d'intimité, de sexualité et les possibilités de rencontre entre corps handicapés et valides. Ces extraits sont mis en perspective dans des entretiens où la réalisatrice, Gabrielle Gerll, interroge plus particulièrement l'auteur sur les problématiques spécifiques aux couples dont l'un partenaire a un lourd handicap moteur.

Contexte et objectifs du film

La loi de février 2005 fait entrer, pour la première fois en France, la question de la sexualité et de l’épanouissement affectif des personnes en situation de handicap dans le débat public. Si l’on veut réellement, dans l’esprit de cette loi, considérer les personnes handicapées en tant que personnes et non plus uniquement comme des corps dépendants, des « objets » de soins, cette question est essentielle et nécessite de profonds changements sociaux. Actuellement, la question de la légalisation des assistants sexuels est au centre du débat, mais elle n’épuise en rien les revendications. La détresse sexuelle et affective ressentie par beaucoup, handicapés physiques et/ou mentaux, est plus complexe et ne peut être réglée uniquement par cette « solution » de la légalisation. Ce documentaire grand public est pensé comme un support de débat pouvant contribuer à la reconnaissance des problématiques propres aux couples mixtes, souvent considérés avec beaucoup de tabous et fantasmes de la part des personnes valides comme des personnes handicapées elles-mêmes.

En considérant que les couples de partenaires handicapé/valide sont en quelque sorte l'image miniature d'une organisation sociale mixte possible, la production espère que ce film puisse contribuer à plus de dialogue, de mixité et d'amour dans la société toute entière! « Vos désirs » cherche à éroder les évidences corporelles et visuelles. C'est pour le spectateur une invitation à rêver la mixité des corps et leur sensualité propre.

Sources : http://vosdesirs.tumblr.com et https://www.facebook.com/vosdesirs.filmdocumentaire

*Cet article est une collaboration d’Annie Bélanger

 

TÉMOIGNAGE DE CHRISTINE ET TAMI

Christine et Tami sont amoureux, ils vont se fiancer, ils ont une vie affective et sexuelle, ils en parlent sur France Inter à l'émission de Daniel Mermet, Là-bas si j'y suis, le 1er octobre.

« Je considère que chaque couple, valide ou handicapé, peut faire l'amour à sa manière », Tami

Les témoignages de Christine et Tami, atteints d’infirmité motrice cérébrale (paralysie cérébrale), sont riches d'enseignements pour nous, personnes valides et handicapées. Ils dialoguent avec les autres, affirment leurs opinions avec fermeté et sérénité. Le dialogue s'installe aussi grâce à la maman de Tami, traductrice et assistante de vie.

Laissons-leur la parole...et écoutons leur histoire... À partir de la position 8:20.

Source : http://www.cerhes.org/archive/2013/10/04/christine-et-tami-62069.html

*Cet article est une collaboration de Claudia Beauregard

 

GAI ET HANDICAPÉ : ASPIRER À UNE VIE AMOUREUSE

Vincent SangnierVincent Sangnier, 32 ans, a créé l'Association Handicaps et Homosexualités (A2H) en juin 2012. Les deux mots sont au pluriel parce que les handicaps comme les homosexualités sont pluriels. Présentant une infirmité motrice cérébrale de naissance, il est limité dans ses déplacements et rapporte souffrir du regard des autres, du fait de son handicap et de son homosexualité. Il vit avec Éric, son compagnon depuis plusieurs années mais il souhaite éviter à d'autres ses souffrances passées. « Pour des raisons évidentes, le célibat touche plus les handicapés que les valides. » Pour lui, il faut que ça change.

L’homosexualité, un handicap supplémentaire?

Avouer son homosexualité est une étape très difficile pour une personne handicapée. « Imaginez, quand on est physiquement dépendant des autres, à quel point ça peut être difficile de s'affirmer comme un être sexué. » M. Sangnier rappelle que notre société, surtout la communauté gaie, voue un culte au corps « parfait ». « Le corps des personnes handicapées fait peur aux personnes valides, homos ou hétéros et il y a un tabou. »

La sexualité, pas une priorité d’intervention

Les objectifs d'A2H : En priorité, mener des actions de prévention du VIH/sida. Les handicapé-e-s sont très touché-e-s par le VIH, car bon nombre d'entre elles/eux ne peuvent pas mettre un préservatif. L’emballage n’est pas adapté… L’association est un lieu d'écoute, d'échange, d'information et de défense des droits des handicapés. Il souhaite améliorer la situation en s'appuyant sur la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées. Selon lui, les associations qui existent font un travail excellent, mais « la sexualité n'est pas une priorité. Il me semblait nécessaire d'offrir un espace dédié à ces questions. »

Tout le monde est bienvenu à l’association : les lesbiennes, les gais, les hommes et les femmes bisexuel-le-s, transgenres… via Facebook.

Extraits de http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-locale/Picardie-Maritime/On-peut-etre-gay-et-handicape-et-aspirer-a-une-vie-amoureuse et http://yagg.com/2012/08/23/homosexuel-handicape-vincent-sangnier-veut-briser-les-tabous-cree-une-association/.

*Cet article est une collaboration de Raymond Cyr

 

alt

La conférence s'est tenue le jeudi 20 juin 2013, au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg.

Ce thème fort en sens que représente l’handiparentalité, est au coeur des problématiques liées au handicap et a été mis en lumière à cette occasion. Plus qu’une table ronde, ce fut un réel événement avec des témoignages, des animations et des stands d’information.

Voyez la vidéo, d’une durée de 1 h 15.

Source : http://www.cerhes.org/archive/2013/06/04/participez-a-la-conference-debat-maman-handicapee-supermaman.html

*Cet article est une collaboration de Raymond Cyr

 

LA PILULE CONTRACEPTIVE AU MASCULIN

contraceptionEt si la pilule s’offrait aux hommes? C’est la question soulevée par le Planning familial et l’Association pour la recherche et le développement de la contraception masculine qui déplorent que « la maîtrise de la fertilité du couple repose entièrement sur les femmes ». À en croire un sondage de 2012, 61 % des hommes interrogés seraient prêts à prendre une pilule contraceptive si elle était commercialisée. Les moyens traditionnels étant limités (retrait et condom), cette pilule offrirait une option intéressante. Pourtant, d’autres options souvent méconnues existent mais quelles sont-elles?

La contraception thermique, mise au point dans les années 80, consiste à enfiler un sous-vêtement serré pour faire monter la température des testicules diminuant ainsi la production de spermatozoïdes. Mais dans la pratique, le « slip chauffant » fait plus sourire qu’il n’emballe. Autre méthode : la vasectomie. Là encore, peu d’adeptes. Bien qu’autorisée depuis 2001 en France, elle ne concerne que 0,5 % des hommes, loin derrière les pays anglo-saxons où ils sont 15 à 20 % à y avoir recours. Reste la « pilule » masculine injectable selon un protocole de l’OMS. Présentement à l’essai, elle n’est pas encore disponible sur le marché. Ces nouvelles options actualisent le questionnement lié aux rôles des hommes et des femmes, la fertilité, la virilité. Pour poursuivre la réflexion, l’ouvrage La contraception masculine, Éditions Springer-Verlag, 2013 (disponible en ligne ou impression papier) fait le bilan et l’analyse des méthodes et expériences françaises et mondiales sur le sujet.

Source : http://www.cerhes.org/archive/2013/11/13/la-contraception-passe-male-mais-elle-passe-63371.html

*Cet article est une collaboration de Claudia Beauregard

 

la présence de alt

L’Arche possède une vision unique pour ce qui est de prendre soin des gens dans leur vie quotidienne et bâtir communauté qui encourage l’inclusion et l’appartenance. Dans près de 200 petits foyers et programmes de jour partout au Canada, des assistants et amis issus de diverses cultures et origines et des personnes ayant une déficience intellectuelle partagent la vie quotidienne. À L’Arche, les amitiés se nouent facilement, et certaines d’entre elles durent toute la vie. Nous savons à quel point les bons amis et le sentiment d’appartenance sont importants pour chacun de nous.

À l’heure actuelle, très peu de ressources existent pour aider les personnes présentant une déficience intellectuelle à non seulement apprendre à propos de l’amitié, mais aussi à tisser des liens d’amitié durables. L’Arche Canada a conçu cette ressource en ligne pour aider chaque individu ayant une déficience à cultiver des amitiés durables et réciproques. Ce site Internet combine des apprentissages acquis à L’Arche et la sagesse pratique, les ressources et les meilleures pratiques de certaines personnes et organismes qui ont généreusement contribué de diverses façons.

Le site offre une section pour jeunes adultes qui touche des thèmes d’intérêt dont les fréquentations amoureuses et la sexualité. On y traite de rencontre, peine amoureuse, relations amoureuses, de couple et d’amitié en langage clair. Le site est étoffé de capsules vidéo, témoignages et ressources.

Sources : http://www.jai-des-amis.ca/index.php et https://www.facebook.com/jaidesamis

*Cet article est une collaboration d’Annie Bélanger

 

BIBLIOGRAPHIE DISPONIBLE

Vous souhaitez poursuivre votre cheminement concernant la vie sexuelle des personnes handicapées? Sachez qu’en juin dernier, la Ville de Marseille en collaboration avec le Centre interrégional d’étude, d’action et d’information en faveur des personnes en situation de handicap organisait le colloque « Handicaps : si on parlait vie sexuelle? ».

Quoique beaucoup de documents aient été produits à ce sujet, les responsables y ont proposé une bibliographie non exhaustive que vous pouvez télécharger ici.

Le document intitulé Handicap : vie affective et sexuelle s’organise en cinq parties :

  • Ouvrages;
  • Outils (guides, chartes, programmes…);
  • Documents audiovisuels (documentaires, fictions court et long métrage);
  • Autres documents (articles de revues, études, actes de colloques...);
  • Liste de sites internet.

Cette bibliographie recense des documents publiés entre 1997 et 2013 qui ont marqué la réflexion sur le thème de la sexualité des personnes handicapées. Lorsque le document est disponible sur internet, le lien hypertexte est mentionné en fin de référence.

*Cet article est une collaboration d’Annie Bélanger

 

LES alt-RENCONTRES RECOMMENCENT!

En collaboration avec le conseil d’administration et les permanents, il me fait plaisir de reprendre cette activité rassembleuse! J’invite tous les membres de Handi-Capable au premier café-rencontre de l’année 2014!

Nous profiterons de l’occasion pour propager notre joie de vivre en tant que personnes handicapées qui vivent aussi la St-Valentin, avec leurs proches, comme tout le monde!

Nous débattrons d’un point qui préoccupe particulièrement les personnes handicapées.... si le coeur vous en dit!

Brûlerie de LennoxOù? La Brûlerie de café de Lennox (112, rue Queen)

Quand? Samedi, 16 février, de 11 h à 13 h

Notes importantes

Avisez Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. de votre participation, car le restaurateur veut connaître le nombre de participants.

De plus, notez qu’un ajout de transport est fait pour cette sortie. Donc, pas de problème de réservation!

Colette Jean, responsable de l’activité

 

L’HISTOIRE DES JEUX PARALYMPIQUES D’HIVER

Les origines des Jeux Paralympiques d’hiver sont similaires à celles des Paralympiques d’été. En 1944, le Dr Ludwig Guttmann, qui avait fui l’Allemagne nazie, a fondé un centre médical à l’hôpital de Stoke Mandeville en Angleterre pour traiter les patients blessés à la moelle épinière. Il encourageait les soldats revenus handicapés de la Deuxième Guerre mondiale à faire du sport pour se rétablir, et il a même organisé des compétitions entre les hôpitaux britanniques.

D’autres pays ont alors envoyé leurs candidats et les Jeux sont devenus internationaux, jusqu’en 1960, quand des Jeux Paralympiques d’été ont été organisés à Rome dans la foulée des Jeux Olympiques. Les premiers Jeux paralympiques d’hiver officiels se sont tenus à Ornskoldsvik, en Suède, en 1976. Ils ont eu lieu tous les quatre ans entre 1976 et 1992, mais dans des lieux différents des olympiades hivernales. Quand il fut décidé que les Jeux d’hiver n’auraient plus lieu la même année que ceux d’été, un nouveau cycle de quatre ans commença en 1996, avec les Jeux d’hiver de Lillehammer, en Norvège. C’était la première fois que les Paralympiques se déroulaient dans la même ville que les Jeux Olympiques et c’est toujours le cas depuis.

Source : http://sport.ca.msn.com/jeux-olympiques-d-hiver/plus/les-jeux-paralympiques-dhiver-2014-2

*Cet article est une collaboration d’Annie Bélanger

 

L’HISTOIRE DES MASCOTTES alt

Rayon de Soleil (Luchik, en russe) descendit sur Terre en provenance d’une planète où il faisait toujours chaud. Son voyage fut rempli de nombreux défis. Après son atterrissage, il fit face à une planète nouvelle et inconnue où tout était différent par rapport à son domicile. Tout sur la Terre était nouveau pour lui : hivers froids, la neige et les vents, et bien sûr des inconnus autour de lui. Rayon de Soleil était très différent des gens sur Terre aussi. Il avait la peau ambrée, des étincelles dans ses grands yeux et des cheveux qui ressemblaient à des flammes. Mais ces différences étaient seulement externes. Rayon de Soleil était gentil et aimable avec tout le monde, et il était toujours prêt à aider et soutenir les gens autour de lui. Très vite, les gens ont compris que la différence entre Rayon de Soleil et eux n’étaient fondées que sur les apparences et que ce n'était que les premières perceptions des gens qui les avaient conduits à croire qu'il y avait de grandes différences. Plus ils interagissaient, plus ils découvraient des similitudes.

Les gens lui ont enseigné le ski alpin, le ski de fond et le biathlon. Et puis, tout le monde comprit que Rayon de Soleil avait des capacités uniques. Il est devenu un véritable favori dans tous les sens.

Bien qu'il ait de bons amis autour de lui, il se sentait encore un peu solitaire. Il n'y avait, parmi le peuple, personne comme lui. C'est pourquoi il levait si souvent les yeux au ciel et soupirait.

Un jour, il vit une étoile filante dans le ciel de la nuit. D’une autre planète inconnue arriva Flocon de Neige (Snezhinka, en russe). Il descendit sur Terre d'une planète glaciale. Il avait la peau blanche comme la neige et ressemblait à un cristal de neige. À certains égards, ils avaient l'air très différents, mais avaient aussi beaucoup en commun. Rayon de Soleil présenta Flocon de Neige à ses amis de la Terre et lui parla des sports. C’est ainsi que Flocon de Neige commença à pratiquer le ski alpin. Ensemble, ils inventèrent de nouveaux sports : curling en fauteuil roulant et hockey sur luge. Les gens admiraient leurs réalisations incroyables et aimaient ce genre de sport. Tout le monde voulait être comme cette paire d'étoiles.

Rayon de Soleil et Flocon de Neige ont décidé de rester sur Terre et d'utiliser leurs capacités fantastiques dans d'autres domaines pour enseigner à leurs amis et permettre à tous de découvrir leurs propres talents merveilleux.

Rayon de Soleil et Flocon de Neige ont surmonté de nombreuses difficultés sur leur chemin vers la Terre dans l'espace cosmique. Ce n'était pas facile pour eux de s'adapter à une planète inconnue. Mais leur participation dans le sport les a aidés à comprendre que, finalement, ils ne sont pas différents, ils sont unis par leurs capacités sportives et de grands et fidèles amis.

Rayon de Soleil et Flocon de Neige sont devenus la véritable personnification de l'harmonie au sein du contraste. Ensemble, ils démontrent que tout est possible.

Source : http://talisman.sochi2014.com/en/

*Cet article est une traduction d’Annie Bélanger

 

LES NOUVELLES DISCIPLINES

curlingCURLING EN FAUTEUIL ROULANT

Le premier championnat du monde de curling en fauteuil s’est tenu en janvier 2002 et, au mois de mars cette année, le Comité international paralympique (CIP) a accordé au curling en fauteuil le statut de médaille officielle pour les équipes mixtes. La discipline a fait ses débuts paralympiques aux Jeux de Turin en 2006 avec huit équipes en compétition. Le nombre d’équipes participant aux Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver en 2010 est passé à dix. Le Canada débutera l’étape préliminaire le 8 mars 2014 contre la Russie.

Ce sport est l’équivalent paralympique du curling traditionnel avec une différence dans la manière dont les joueurs se déplacent autour de la surface de jeu et dans le maniement de la pierre, car ils peuvent utiliser un bâton extenseur – comme prolongement de la main – fixé à la hanse de la pierre. La différence la plus marquante : le balayage (frottage de la glace à l'avancée de la pierre) est interdit au curling en fauteuil roulant.

Le curling en fauteuil roulant est aussi physique et même plus complexe d’un point de vue technique que le curling traditionnel. Cette discipline est dirigée par la même organisation responsable du curling, la Fédération mondiale de curling (WCF).

Ouvert aux athlètes hommes et femmes possédant un handicap physique dans la partie inférieure du corps, ce sport est pratiqué par des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, la paralysie cérébrale, la sclérose en plaques et amputées des deux jambes. Les équipes sont mixtes, et l’on y joue désormais dans 24 pays.

Deux équipes s’affrontent en poussant à tour de rôle des pierres vers une série de cercles concentriques appelée « la maison ». Le but est de placer les pierres aussi près que possible du centre des cercles. L’équipe ayant marqué le plus de points à l’issue de huit manches (ayant le plus de pierres placées le plus près du centre des cercles) remporte la victoire.

La pierre pèse 19,96 kg.

Une poignée est attachée à chaque pierre pour la lancer et la poser. Les joueurs peuvent utiliser leurs mains pour lancer la pierre ou encore une rallonge fixée à la poignée de cette dernière pour la faire glisser.

Source : http://www.sochi2014.com/fr/paralympic/curling-en-fauteuil-a-propos-de

*Cet article est une collaboration d’Annie Bélanger

HOCKEY SUR LUGEhockey

Histoire et description du sport

Descendant direct du hockey sur glace, le hockey sur luge a été inventé dans un centre de réadaptation à Stockholm, en Suède, au début des années 60, par un groupe de suédois qui, malgré leurs handicaps physiques, voulaient continuer de jouer au hockey. Ces hommes ont modifié un traîneau avec une armature en métal, ou luge, en ajoutant deux lames de patins de hockey sur glace de taille normale, permettant ainsi au palet de passer en dessous. Utilisant des tiges cylindriques avec des guidons de vélo en guise de crosses, ces hommes jouaient sans gardien de but sur un lac au sud de Stockholm.

Ce sport a suscité un tel enthousiasme qu’en 1969 Stockholm possédait une ligue de cinq équipes qui comprenaient des joueurs handicapés et valides.

La même année, la ville de Stockholm a accueilli le premier match international de hockey sur luge entre une équipe locale et une équipe originaire d’Oslo en Norvège.

Dans les années 70, des équipes de ces deux pays se sont rencontrées une à deux fois par année. Plusieurs autres pays ont commencé à composer des équipes, y compris la Grande-Bretagne (1981), le Canada (1982), les États-Unis (1990), l’Estonie et le Japon (1993).

Deux équipes nationales suédoises ont joué un match de démonstration lors de l’inauguration, en 1976, des Jeux paralympiques d’hiver à Örnsköldsvik, en Suède.

Pourtant, le hockey sur luge a dû attendre les Jeux paralympiques d’hiver de 1994 à Lillehammer pour devenir discipline officielle.

Depuis, cette discipline est rapidement devenue l’une de celles qui attire le plus de spectateurs. Le hockey sur luge est un sport rapide, très physique et joué par des athlètes masculins ayant un handicap physique dans la partie inférieure du corps. Cette discipline est dirigée par le CIP en coordination avec le comité technique de hockey sur glace du CIP. Elle suit les règles de la Fédération Internationale de hockey sur glace (IIHF) avec cependant des modifications : les joueurs se déplacent sur des luges montées sur deux lames de patin qui permettent au palet de passer en dessous et utilisent deux crosses qui possèdent une extrémité pointue pour pousser et une extrémité avec une lame pour tirer.

Chaque équipe compte six joueurs (y compris le gardien de but) sur la glace à la fois.

Les parties de hockey sur luge se déroulent en trois périodes de 15 minutes.

Les équipements sportifs

Tout comme au hockey sur glace, des équipements de protection sont obligatoires. De plus, le palet est identique à celui de la rondelle réglementaire de la LNH soit : 2,54 cm de d’épaisseur, un diamètre de 7,62 cm et il pèse de 156 à 170 grammes.

La luge est faite d’aluminium ou d’acier. Sa longueur varie de 0,6 m à 1,2 m avec l’extrémité avant recourbée et un ou deux systèmes de siège différents. La luge repose sur deux lames qui sont généralement en acier trempé et font chacune 3 mm d’épaisseur. Le palet doit pouvoir passer sous la luge. La hauteur de l’armature principale doit se situer entre 8,5 et 9,5 cm au-dessus de la glace, et la longueur de la lame ne doit pas être supérieure à un tiers de la longueur totale de la luge. La luge peut être équipée d’un dossier qui ne doit pas dépasser latéralement de l’aisselle du joueur lorsque celui-ci est en position assise. Des sangles maintiennent les pieds, les chevilles, les genoux et les hanches des joueurs sur la luge.

En hockey sur luge, les athlètes utilisent deux crosses de hockey avec une lame en bois à l’une des extrémités (recourbée, elle sert à manipuler le palet et à frapper) et avec une pointe à l’autre extrémité. Chaque crosse a une longueur maximale de 1 m et est composée de bois, de plastique ou d’un alliage aluminium/titane. La lame a une longueur maximum de 25 cm, à l’exception de celle du gardien de but, dont la longueur maximum est de 35 cm. L’extrémité en pointe de la crosse ne doit pas endommager la surface de la glace ou blesser accidentellement d’autres joueurs, en conséquence :

  • Aucun élément de la crosse ou de la pointe ne peuvent être pointus;
  • La pointe ne doit pas excéder 1 cm à l’extrémité de la crosse;
  • La pointe doit comprendre au moins six dents, chacune d’une longueur maximum de 4 mm;
  • Le gardien de but peut avoir une pointe supplémentaire à la base de sa crosse;
  • Le gardien de but peut également utiliser une crosse supplémentaire équipée d’une lame ou un gant d’attrape avec dents.

Le saviez-vous?

Les termes « rondelle » et « disque » sont des canadianismes. Quant au terme « palet », il est employé non seulement en France, mais aussi dans les autres pays francophones d'Europe.

Sources : http://www.sochi2014.com/fr/paralympic/hockey-sur-luge-a-propos-de et http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/GDT_fiches/rondelle.html.

*Cet article est une collaboration d’Annie Bélanger

 

POUR LA CRÉATION D’UNE PENSION D’INVALIDITÉ

Une nouvelle pétition visant à sortir les personnes inaptes à l'emploi de l'extrême pauvreté est mise en ligne sur le site de l'Assemblée nationale.

Il importe qu’une pension d'invalidité pour les gens inaptes à l'emploi soit créée!

Merci de signer la pétition!

Après avoir complété le formulaire, n'oubliez pas de retourner voir sur votre courriel pour confirmer votre signature.

Espérons qu'à force de revenir à la charge, quelqu'un en autorité fera en sorte d'améliorer le sort des personnes handicapées inaptes à l'emploi.

Maurice Richard

 

LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L'HUMANITÉ

Not Impossible Labs est une entreprise américaine spécialisée dans les nouvelles technologies solidaires. Son fondateur, Mick Ebeling, croit fermement que la technologie permet de matérialiser des idées qui semblaient autrefois impossibles à réaliser. Pour y arriver, cette organisation à but non lucratif fait appel à une communauté de décideurs et de créateurs déterminés à rendre possible l'impossible.

DanielEn novembre 2013, Mick Ebeling s’est rendu dans la République du Soudan du Sud où une guerre meurtrière a fait plus de 50 000 amputés au cours des vingt dernières années. Il y retrouve Daniel qui, à 14 ans, perdait ses deux mains à la suite de l'explosion d'une bombe.

Grâce à l’implantation du premier laboratoire de prothèse de bras imprimée en 3D, Daniel reçoit la version de son bras gauche et sa main lui permet de se nourrir lui-même pour la première fois en 2 ans. La prothèse, imprimée en 6 heures, coûte 100 $ à produire.

En aidant Daniel retrouver son indépendance, Not Impossible vise à responsabiliser la communauté locale et rétablir la confiance dans les gens.

Pour voir Daniel et sa prothèse, rendez-vous au Projet Daniel.

Sources : http://mickebeling.com/?page_id=70, http://media.wix.com/ugd/9bcbad_b72353cd3bed48f49391924d4a7448a9.pdf, http://www.youphil.com/fr/article/07140-soudan-imprimante-3D-proth%C3%A8se?ypcli=ano et Project Daniel Press Kit.

Henriette Germain

P.-S. Voyez également ce portefolio d’innovations en 3D qui peuvent changer notre vie et même celle des animaux!

 

NOS MEILLEURS SOUHAITS D’ANNIVERSAIRE À…

altCarole Dupont, née un 15 février

 
Top