Skip to content

Increase font size Decrease font size Default font size

 

MOT DE FRANCIS

Parfois, nous avons de grandes inspirations qui changent le reste de nos vies. Celles-ci viennent nous communiquer des idées pour mieux s’améliorer et ainsi cheminer.

Permettez-moi de vous montrer la différence entre « copier sur une personne » ou « être inspiré par quelqu’un ».

Nous avons presque tous déjà copié sur quelqu’un. Avons-nous appris quelque chose? Probablement pas, parce qu’aucun effort n’est venu de nous! Dans ce cas, nous ne retenons rien, car notre cerveau n’est pas en mode apprentissage.

Par contre, lorsque nous nous inspirons d’une personne, par exemple, nous allons chercher de ses idées que nous combinons ensuite aux nôtres afin qu’elles deviennent nouvelles.

Selon moi, prendre exemple sur les autres pour modifier soit nos idées ou nos méthodes démontrent que nous sommes ouverts à apprendre. N’est-ce pas ce que nous avons fait durant nos années d’études?

Plusieurs personnes sont très inspirantes pour moi. D’abord mon frère musicien avec sa façon de penser. Il y a des amis en affaires qui, malgré leur horaire ultra chargée trouvent toujours du temps pour aider leurs amis de façon super généreuse! Sylvain Dion est un de mes amis et il est pourtant un très important homme d’affaires dynamique! Son histoire suit un peu plus bas…

En terminant, je vous dirais que même si nous avons une forte confiance en soi, nous pouvons nous inspirer d’autres personnes. De cette façon, nous ne sommes pas plafonnés, si je peux me permettre cette expression. Personnellement, j’irai toujours m’inspirer des autres, car j’ai un désir ardent : sans cesse croître intérieurement.

Francis Boulet

 

DOSSIER PERSONNES INSPIRANTES

Voici le portrait de quelques personnes qui ont inspirées des membres de Handi-Capable.

Jimmy Sévigny 1JIMMY SÉVIGNY : LES 13 SECONDES QUI ONT CHANGÉ SA VIE

Publié le 4 mars 2009
Isabelle Lord

Il repousse ses limites et perd 272 livres

À 19 ans, Jimmy Sévigny pesait 452 livres. Cette situation dramatique l’a confronté à son état alarmant et l’a incité à changer radicalement son mode de vie.

Aujourd’hui enseignant en éducation physique, conférencier motivateur, coach en mieux-être et adepte de triathlon, Jimmy Sévigny mord dans la vie. Rien ne semble arrêter ce jeune homme déterminé de 26 ans de Salaberry-de-Valleyfield dans sa quête de bonheur et de mieux-être. Alors qu’il souffrait d’obésité morbide, ce dernier s’est pris en main et a réussi à modifier complètement son mode de vie en perdant 272 livres. Une longue route parsemée d’embûches, mais qui, en fin de compte, aura porté ses fruits.

Roule la boule

« Déjà, à huit ans, je savais que je n’étais pas comme les autres, raconte Jimmy Sévigny. Dans la cour d’école, il y avait un jeu qui s’appelait « Roule la boule ». Ce jeu consistait à me faire rouler jusqu’à ce que je tombe. Le premier qui réussissait à me faire tomber avait droit de me donner un coup de pied ou un coup de poing. » À 11 ans, il pesait déjà 250 livres. Et à 18 ans… 425! « Dépassée par la situation, ma mère a pris un rendez-vous pour que j’aie une opération de dérivation gastro-intestinale. Ça permet de perdre une centaine de livres par année, sans trop avoir à modifier ses habitudes de vie », explique ce Jimmy dont la famille avait également des problèmes de poids. Devant l’urgence de la situation, le médecin décide d’inscrire le jeune homme sur une liste d’urgence. Le hic est qu’il pouvait se faire opérer seulement dans cinq ans. « J’avais le temps de mourir dix fois », déplore Jimmy.

Tout va changer Jimmy Sévigny 2

Le grand déclic s’est fait quand il avait 19 ans, à la suite du décès de sa grand-mère. Ce soir-là, il avait mangé plus que jamais pour noyer sa peine. « J’étais couché dans mon lit. Mon cœur avait de la misère à pomper tout ce que je venais de manger. Puis, il s’est arrêté de battre pendant 13 secondes. » Paniqué et convaincu de l’urgence de la situation, Jimmy Sévigny s’est dit que le lendemain, tout allait changer.

De six repas de friture par jour, il passe à trois repas sains avec collations. Il commence à faire du conditionnement physique et du sport. Il lit et se renseigne notamment sur la nutrition. Les premiers mois sont pénibles, car son cœur se révolte devant ces changements draconiens. « J’ai dû adopter un mode de vie sain et actif. Changer ma façon de penser, de manger et bâtir ma confiance en moi. » Les nombreux régimes suivis sans succès lui ont confirmé de ne pas perdre son temps dans cette voie.

Au bout de trois ans, il atteint enfin son objectif. Aujourd’hui, ce battant peut dire avec fierté qu’il pèse 180 livres. Désormais, son état dépressif a fait place à la joie et à l’épanouissement.

Prôner l’équilibre

Après avoir décroché un baccalauréat en science de l’activité physique, le jeune homme donne des conférences sur la motivation dans tout le pays et agit également à titre de coach personnel. De plus, il a mis sur pied le groupe Ékilibre à Salaberry-de-Valleyfield. Il s’agit d’un concept basé sur la motivation, l’activité physique et l’alimentation. Un groupe de soutien qui prône l’importance d’adopter un mode de vie sain et actif. « Il a fallu que mon cœur arrête de battre pour que je me rende compte de l’importance d’être en vie! C’est ce qui m’a permis de continuer et de repousser mes limites. Il faut toujours croire en soi et en ses rêves », rappelle Jimmy Sévigny.

Pour plus de renseignements, on peut visiter le site Internet www.jimmysevigny.com ou téléphoner au 514 928-9217.

Extrait de http://www.journalletoile.com/Societe/Education/2009-03-04/article-1768213/Jimmy-Sevigny-.

ANDRÉ VIGER, PARAPLÉGIQUE OUI, INFIRME JAMAIS!

Aimant la vitesse, espiègle, haïssable, André Viger avait tout du petit garçon ordinaire. Et puis un soir de juin 1973, à vingt ans, sa vie bascule. Un accident de la route le laisse paraplégique. Grâce aux sports, son handicap il le surmonte, le maîtrise. André Viger le petit garçon ordinaire devient l'un des plus grands athlètes canadiens.

André VigerAndré Viger raconte son parcours
Date de diffusion : 4 juillet 1987

Pour Julien Viger, son père, André était un petit garçon « haïssable » et « tannant ». Né le 27 septembre 1952, André a eu la jeunesse que tout jeune Québécois a vécu dans les années 1960 : l'école, les étés en vélo, les glissades l'hiver, les soirées devant la télé, les amis. Il était ordinaire, normal, avec un père et une mère, un frère et une sœur. À vingt ans, il travaillait dans une usine de fer comme ouvrier.

Comme des dizaines de milliers d'autres, André Viger se préparait à mener une vie rangée, tranquille. À suivre son petit bonhomme de chemin dans sa ville de Sherbrooke. Jusqu'au soir de juin 1973, où la banale courbe d'une route met fin à cette normalité. L'ami avec lequel il fait route s'endort au volant de sa voiture et rate un virage. L'accident qui s'ensuit prive à jamais André Viger de l'usage de ses deux jambes.

À l'âge de vingt ans, le monde d'André Viger chavire. Il doit réapprendre à marcher, autrement. Mais son désir de mener une vie normale et sa détermination feront en sorte que la paraplégie ne mettra pas fin à sa vie active. Très tôt, André Viger veut retrouver un rythme et un style de vie normal, tant en famille que dans la société.

Extrait de http://archives.radio-canada.ca/sports/exploits/dossiers/735/.

*Deux inspirations pour Colette Jean

Sylvain DionSYLVAIN DION

En tant que conférencier, auteur et entrepreneur, Sylvain Dion étudie depuis plus de vingt années les principes de réussite et les enseignements de grands leaders tel que Anthony Robbins, Mark Victor Hansen, T. Harv Eker, Les Brown, Bob Proctor, et beaucoup d’autres.

Sylvain débuta sa carrière de conférencier en 2007, car auparavant plusieurs questions lui restaient sans réponse, à la recherche de résultats concrets et durables dans la vie des gens et surtout un désir intense de beaucoup plus que simplement inspirer et motiver son auditoire, Sylvain veut leur fournir les outils nécessaires pour transformer leur vie.

Nous avons tous des rêves et des désirs pour nos vies. Certaines de ces questions étaient : Pourquoi nous arrive-t-il que parfois nous obtenons ce que nous désirons et parfois c’est tout à fait le contraire? Pourquoi nous nous engageons dans la direction de nos objectifs pour souvent nous retrouver sur une tout autre voie même en sachant que nous sommes capables de beaucoup mieux? Et plus important encore, comment pouvons-nous accomplir et atteindre les buts que nous nous fixons et vivre la vie que nous désirons?

La réponse à ces questions — Quelle sont les facteurs qui font en sorte que certaines personnes réussissent très bien — C’est leur état d’être, leur focus, leurs stratégies, leurs comportements, croyances, valeurs et beaucoup d'autres facteurs internes qui déterminent notre expérience de la vie. Sylvain a créé ces formations et conférences pour donner aux gens et aux organisations ces aptitudes, attitudes et états d’être particuliers pour transformer leurs visions et intentions en réalités. La plupart des gens vivent leur vie croyant qu’ils doivent s’accepter tel qu’ils sont tout en faisant leur possible et faire face à la vie en se disant que « la vie est ainsi! » Les faits scientifiques sont, que la réalité est subjective, donc, nous pouvons réellement créer notre vie de la façon que nous le désirons. Vous pouvez pour toujours transformer les aspects de votre personnalité qui ne vous servent plus et manifester les désirs profonds de votre cœur.

Voici ce que Sylvain a dit :

« Je ne suis pas intéressé à simplement motiver les gens pour les voir retourner à la maison et que leur vie graduellement revienne à la « normale », comme c’est le cas pour tant de personnes qui assistent à des conférences. »

Tiré de http://www.motivision.ca/apropos.htm.

*Une inspiration pour Francis Boulet

Jacques SaloméJACQUES SALOMÉ

Originaire de Toulouse, père de cinq enfants, grand-père de quatre petits-fils et quatre petites-filles, arrière-grand-père d'un arrière-petit-fils. Psychosociologue de formation, écrivain par passion, formateur par engagement citoyen, poète par nécessité, car dit-il « la réalité n'est réellement acceptable et ne mérite d'être vécue que dans sa dimension poétique ».

Il a développé la Méthode ESPERE, une méthode d'apprentissage pour des communications plus vivantes et des relations sans violence, fondée sur la responsabilisation, le respect de soi et d'autrui.

Son enseignement est proposé aujourd'hui par des formateurs rassemblés autour de l'Institut Espere International.

Il est l'auteur de quelques 64 ouvrages, traduits dans 24 pays.

Il s'agit d'essais, de romans, de nouvelles et de recueils sur l'amour, le couple, la relation aux enfants, la communication à l'école et dans le monde du travail.

Jacques Salomé est aussi un poète qui, dans une langue riche et dense, sait nous parler de tendresse et de l'amour pour, au-delà des malentendus et des errances possibles, nous inviter à nous réconcilier avec les possibles de notre existence (voir Ouvrages & Publications).

Extrait de http://www.toslog.com/jacques_salome/biographie.

*Une inspiration pour Claudia Beauregard

Hugues MaillouxHUGUES MAILLOUX

Chez-nous, à Handi-Capable, ce membre est une source d’inspiration.

Le mardi 14 mars Mathieu Beaumont interviewait Hugues à l’émission Que l'Estrie se lève, diffusée sur les ondes du 107,7 FM.

Je vous invite à écouter attentivement cette entrevue de 16 minutes intitulée « Non-voyant : adapter sa vie en fonction de ses capacités ».

Félicitations Hugues!

Claudia Beauregard

 

LA COMMUNICATION, ÇA NOUS CONCERNE TOUS!

alt
Groupe CNW/INSTITUT RAYMOND-DEWAR

MONTRÉAL, le 1er mai 2013 /CNW Telbec/ - Dans le cadre du mois de mai, mois de la communication, l'Institut Raymond-Dewar, centre de réadaptation spécialisé en surdité et en communication, invite la population à être sensible aux problèmes d'audition, du langage et de la parole ainsi qu'aux bonnes stratégies de communication.

Selon des études :

• 10 % de la population, soit 800 000 québécois vivent avec une déficience auditive;
• les consultations ont plus que doublé depuis 10 ans pour les utilisateurs de baladeurs;
• 6 bébés sur 1 000 naissent avec une forme de surdité;
• 50 % des personnes âgées de plus de 65 ans vivent avec une déficience auditive;
• 7 % des enfants de 0 à 5 ans connaissent des troubles du langage;
• 1 enfant sur 25 d'âge préscolaire est dysphasique;
• 55 000 jeunes sont touchés par le bégaiement;
• 3 % des enfants ont un trouble de traitement auditif.

Être attentif à sa santé auditive et à ses habitudes de communication, ça nous concerne tous! Le mois de mai, mois de la communication nous le rappelle annuellement!

Entendez-vous bien? Faites le test…

• Faites-vous répéter quand vous parlez avec une seule personne?

• Avez-vous de la difficulté à comprendre quand plusieurs personnes parlent ensemble?

• Avez-vous de la difficulté à comprendre quand il y a du bruit autour de vous?

• Trouvez-vous que les gens parlent trop vite (à la télé, les amis, les médecins, etc.)?

• Avez-vous de la difficulté à comprendre au téléphone?

Pour connaître vos résultats et faire le test complet en ligne rendez-vous au www.raymond-dewar.qc.ca ou obtenez gratuitement un questionnaire en communiquant au 514 284-2581.

Êtes-vous bon communicateur? Faire / ne pas faire…

alt

Hélène Caron, audiologiste, et Murielle Frigon, orthophoniste, Institut Raymond-Dewar

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter :

• Guide du professionnel de la santé et de l'intervenant auprès de la personne aînée ou adulte ayant des problèmes d'audition disponible au 514 284-2214 poste 3610.

• Blogue pour adolescents et adultes ayant des troubles de la communication http://zados.qc.ca/.

Chasse et Pêche, connaissez? Suivez le guide…

Chasser le bruit et pêcher les bonnes stratégies, tout un défi pour les enfants présentant des difficultés auditives!

Parmi les bonnes pratiques, on doit être soucieux d'encourager l'enfant à dire « Je n'ai pas compris », « Peux-tu répéter? » lorsqu'un bris de communication se produit.

Pour en savoir plus, obtenez les vignettes d'informations au www.raymond-dewar.qc.ca ou commandez votre guide complet Chasse et Pêche au 514 284‑2214 poste 3610.

Source : http://www.newswire.ca/fr/story/1156247/mai-mois-de-la-communication

*Cet article est une collaboration de Claudia Beauregard

 

alt

Le nouveau projet de loi de finances de Stephen Harper cache un véritable coup fourré : il vise à prendre le contrôle des médias publics et à confier les manettes de CBC/Radio-Canada aux mains des amis d’Harper.

Ce comportement est digne d’une dictature : le gouvernement veut museler et contrôler les médias indépendants. Mais la loi sera discutée par le comité dans quelques jours et ces quelques députés-clés peuvent l'amender pour protéger CBC/Radio-Canada de cette agression avant qu’il ne soit trop tard.

Faisons en sorte qu'ils entendent notre appel. Cliquez ici pour envoyer un message directement au comité des finances pour libérer CBC/Radio-Canada.

Cette loi de finances donnerait toute latitude aux conservateurs pour dicter les négociations collectives, les salaires et les conditions de travail au sein de CBC/Radio-Canada. Les journalistes ne pourront plus poser de questions qui dérangent aux ministres s’ils craignent des suppressions de postes et des coupures claires dans le budget. Du Téléjournal à La Semaine Verte, si Harper prend le pouvoir sur CBC/Radio-Canada, la ligne éditoriale pourrait changer et nous perdrions une institution centrale de notre démocratie.

Le gouvernement prétend qu’il veut simplement appliquer à CBC/Radio-Canada les standards du secteur privé, mais ce voile est destiné à cacher une manœuvre politique. Les autorités supportent mal les points de vue critiques exprimés sur le radiodiffuseur public; aujourd’hui, elles veulent prendre le pouvoir, réduire les salaires et les retraites et intimider les journalistes. Mais nous pouvons montrer par notre mobilisation au gouvernement Harper que nous voulons des médias libres dans notre pays.

Depuis leur arrivée au pouvoir, les conservateurs utilisent les lois de finances pour remodeler le pays à leur image. Aujourd’hui, ils s’attaquent aux médias publics. Cliquez ici pour sauver CBC/Radio-Canada.

Nous nous sommes déjà unis pour arrêter le copinage médiatique et empêcher Sun News de recevoir une aide gouvernementale indue. Aujourd’hui, nous pouvons sauver les médias canadiens publics véritablement indépendants. C’est un cadeau que nous offrons aux générations futures.

*Cet article est une collaboration de Claudia Beauregard

 

DES HANDICAPÉS VISUELS SAISISSENT L'OCCASION DE FAIRE DU VÉLO

Jeudi, 16 mai 2013

semaine du véloLe Centre de réadaptation Estrie a souligné à sa façon la Semaine du vélo de Sherbrooke en organisant une rencontre, au parc Jacques-Cartier, entre des propriétaires de vélo tandem et des handicapés visuels.

Il s'agissait d'une première expérience pour plusieurs des participants, autant pour les pilotes que les passagers. L'athlète paralympique Julie Cournoyer, qui a remporté plusieurs médailles en cyclisme de compétition sur tandem à Atlanta et à Sydney, était la porte-parole de l'activité. Elle était sur place pour aider ceux qui voulaient s'initier à ce sport.

De plus, un vélo biplace appartenant au Club Oasis des aveugles de Sherbrooke était disponible pour les usagers ayant moins d'équilibre.

Pour ceux qui y ont participé, cela a été une expérience enivrante et libératrice.

Source : http://www.estrieplus.com/contenu-0404040431333535-25660.html

Note : Parmi eux, notons la participation d’Hugues Mailloux membre de chez nous.

*Cet article est une collaboration d’Hugues Mailloux

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE alt

Bonjour à vous chers membres,

Handi-Capable tiendra bientôt son AGA!

Quand? Le vendredi 14 juin 2013, de 16 h 30 à 20 h

Où? Au 187, rue Laurier, à Sherbrooke

Nous serions heureux de vous compter parmi les présents.

Merci de bien vouloir nous informer de votre présence en envoyant un courriel à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Nous sommes à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Note : Comme chaque année, le souper est gratuit pour les membres.

Marie-Élodie Huon

 

DÉCOUVREZ LE QUÉBEC!

Le beau temps tente de s’installer… Il est temps de planifier des vacances! Pourquoi pas au Québec?

La Route accessible propose aux personnes à capacité physique restreinte plus de deux cents sites historiques, culturels, naturels et touristiques qui ont adapté leurs lieux afin qu’ils soient sécuritaires et universellement accessibles.

Cette année, découvrez l’une des quatorze régions touristiques du Québec!

Extrait de http://www.larouteaccessible.com/fr/accueil/content/id/cestquoi.

*Cet article est une collaboration de Raymond Cyr

 

LES DÉCOUVERTES DE NOS MEMBRES

Cicatrisation par le miel

Reportage TF1 du 21 avril 2009, soigner une blessure avec du miel remis au goût du jour : le miel est l'un des remèdes les plus anciens de l'humanité que la médecine redécouvre aujourd'hui. Ce médicament de la nature est à la fois antiseptique, cicatrisant et anti-inflammatoire.

Voyez les preuves médicales dans la vidéo http://www.melipharm.com/reportage-tf1.

Colette Jean et Raymond Cyr

Caravane accessible

alt

Source https://www.facebook.com/photo.php?fbid=396894480376684&set=a.349159325150200.79306.349010578498408&type=1

Raymond Cyr

alt

Nick Vuychich

Handicapé, lui? Guy Dumoulin vous invite à visionner cette vidéo http://www.youtube.com/watch?v=BTa1QJNkK1k. À la suite des 50 secondes de texte en russe, vous découvrirez six minutes de la vie d’un jeune homme sans bras ni jambe.

Je suis allée sur http://www.lifewithoutlimbs.org/ pour en apprendre davantage.

Il est né comme ça, sans aucune explication médicale.

Sa mère, infirmière de profession, et son père, pasteur, étaient loin de se douter que leur fils allait inspirer et motiver les gens de tous les horizons.

Durant son enfance et son adolescence, il a lutté contre l’intimidation, la dépression et la solitude. Il a constamment demandé pourquoi il était différent de tous les autres enfants qui l'entourent, pourquoi il était celui qui est né sans bras ni jambes. Il se demandait quel était le but dans sa vie et même s’il y en avait un.

Il a obtenu diplôme de baccalauréat avec spécialisation en comptabilité et planification financière de l'Université Griffith à Logan, en Australie.

À l'âge de 19 ans, Nick a commencé à réaliser son rêve : encourager d'autres personnes et leur apporter l'Évangile de Jésus à travers des conférences de motivation et son témoignage sur la façon dont Dieu a changé sa vie et lui a donné un avenir et une espérance. « J'ai trouvé le but de mon existence, et aussi le but de ma situation. Il ya une raison pour laquelle vous êtes dans le feu. »

En 2007, il est devenu le PDG président-directeur général de l’organisme sans but lucratif Life Without Limbs.

Claudia Beauregard

 

NOS MEILLEURS SOUHAITS D'ANNIVERSAIRES À...

altNorah Humérez-Comtois, née un 22 mai

 
Top