Skip to content

Increase font size Decrease font size Default font size
Journal d'Handi-Capable

ACTUALITÉ/COMMUNAUTAIRE

L’eau comme lieu alternatif et les baignades accessibles

-Mathilde Tremblay, mars 2022-

eau
Si votre vie terrestre n’a pas su vous impressionner jusqu’ici, il est peut-être temps d’expérimenter la vie aquatique.

Pas les mêmes forces, pas les mêmes limitations

Une fois plongé dans l’eau, les règles du jeu changent et certaines sont même inversées. Les corps flottent. Le sol statique est remplacé par le constant mouvement du liquide.

En tant que lieu différent, l’eau permet aux personnes de se débarrasser de certaines limitations qu’elles vivent au quotidien avec les pieds sur terre. Les activités aquatiques sont donc une opportunité de percevoir son corps différemment. Loin de la gravité et des douleurs musculaires, les membres peuvent bouger plus librement et se renforcer pour affronter la vie terrestre. La baignade devient une alliée pour pimenter la réalité.

La playa du Centre de réadaptation de l’Estrie

Depuis quelques années, l’organisme Handi-Capable travaille en partenariat avec le Centre de réadaptation de l’Estrie pour offrir l’accès à un bassin thérapeutique aux personnes ayant un handicap physique. Ces dernières peuvent ainsi profiter de séances de baignades avec un accès à l’eau adapté et une température spécialement sélectionnée pour éviter les spasmes musculaires.

La pandémie ayant compliqué la tenue de bains libres, les activités au bassin thérapeutique ont donc toutefois dû cesser. Les responsables espèrent un retour d’ici l’automne. En attendant, voici quelques lieux de baignade accessibles en prévision de l’été qui arrive.

Pour les fervents de piscines intérieures, celle du Centre Sportif La Ruche de Magog est prête à vous accueillir.

Pour les amateurs de sable et de parcs nationaux, la plage du parc d’Oka est entièrement adaptée. Les fauteuils et le matériel pour assurer votre entrée à l’eau sont gratuits.

Pour ceux qui planifient un voyage dans la province, la Gaspésie est terre d’accueil de la plage Haldimand. Cette plage est notée comme l’une des plus belles au Québec dans les guides touristiques. Si vous y faites un tour au mois de juin, vous pourriez même tomber sur le bateau Martin 16. Ce voilier est adapté aux personnes ayant un handicap physique et il offre des balades sur les eaux gaspésiennes.

 

ACTUALITÉ/ECONOMIE

À tout ceux et celles qui voudraient démarrer leur propre entreprise

-Mathilde Tremblay, mars 2022-

entreprise
Quand l’entreprenariat devient une alternative intéressante pour les personnes ayant une limitation physique pour se tailler une place dans le monde du travail.

Le mouvement Handipreneur

Ils sont travailleurs à leur compte ou encore gestionnaires de leur entreprise… Ils se chiffrent à 75 000 en France… Ce sont les handipreneurs. Ayant pris conscience que vivre avec un handicap leur a permis de développer certaines compétences clés de l’entreprenariat comme la débrouillardise, des citoyens français ont décidés se lancer en affaires. Pour d’autres, c’est l’idée de pouvoir ajuster leur lieu et conditions de travail à leur handicap qui les a poussés à obtenir le titre de travailleur indépendant. Leur nombre grandissant leur a valu le terme officiel de « handipreneurs ».

Des ressources pour devenir travailleur à son compte au Québec

Au Québec, le terme « handipreneur » n’est pas encore de coutume, mais les entrepreneurs ayant une limitation physique ou intellectuelle sont bel et bien présents. C’est d’ailleurs pour eux que l’organisme Soutien à la Personne Handicapée en Route vers l’Emploi (SPHERE) œuvre. Ses programmes d’aide aux travailleurs indépendants offrent de l’aide financière, matérielle ainsi que de l’accompagnement pour la transition vers le travail à son compte. SPHERE fourni également un service d’évaluation en ergothérapie qui permet au futur handipreneur d’avoir des conseils sur comment bien aménager son futur espace de travail et d’obtenir de l’équipements adaptés.

Suzanne et Tristan

Se tenant fièrement les bras croisés et la tête haute, des personnes ayant reçu l’aide de SPHERE racontent leur projet entrepreneurial pour une vidéo promotionnelle de l’organisme. On y retrouve par exemple, Suzanne et son emploi de transcription médicale à son compte qui lui a permis d’avoir un horaire adapté à ses besoins et un bureau parfaitement isolé pour qu’elle puisse rester concentrée malgré son handicap auditif. Vient ensuite Tristan et son propre garage automobile qu’il parcourt de sa jambe artificielle en silicone et de son autre en chair et en os. Son entreprise compte maintenant plusieurs employés.

Bref, la fierté grandissante des entrepreneurs qui osent se lancer en utilisant leur handicap comme une force pour faire avancer leur projet se fait sentir.

 

ACTUALITÉ/LECTURE

Aux intersections entre bandes dessinées et limitations physiques

-Mathilde Tremblay, mars 2022-

bandedessinée
Récit muet, personnage au corps dessiné à demi ou gros plan sur les craques d’un trottoir, des bédéistes avec et sans handicap explorent ce qui arrive lorsqu’un des cinq sens est retiré d’une histoire pour laisser place à d’autres manières d’appréhender le monde.

Le son devient superflu

Décrire ce qui ne peut pas être traduit avec des mots, voilà la mission que se donne la bande dessinée muette. Comme son nom l’indique, ce genre narratif est entièrement autonome des mots. Il raconte en dessins. Certains bédéistes élaborent des aventures de centaines de pages sans inclurent une seule bulle de dialogue ou une petite onomatopée. Nommons, par exemple, le succès graphique Un océan d’amour né de la collaboration entre Grégory Panaccione (un grand habitué des récits muets) et Wilfrid Lupano (ironiquement reconnu dans le monde littéraire pour l’originalité de ses dialogues). Ensemble, ils développent l’histoire d’un tout petit marin à lunettes qui se retrouve séparé de son amoureuse après que son bateau ait été piégé dans l’un des filets de pêche d’un navire industriel qui file en direction de Cuba. « J'ai eu envie de raconter de front une histoire d'amour et une fable écologique, et ces deux thèmes ne m'incitaient pas au dialogue », explique Lupano au journal Figaro. Comme quoi certains sujets se comprennent mieux par le silence.

L’environnement devient superflu

De son côté, la bédéiste Georgia Webber accorde, au contraire, beaucoup d’importance aux dialogues et à la communication. Ayant elle-même perdu la voix à cause d’une maladie chronique, elle scénarise son quotidien dans la bande dessinée d’autofiction Dumb. Elle explique que puisque se faire comprendre par les autres représente son plus grand défi de la vie de tous les jours, les cases de dessin de Dumb sont presqu’entièrement dévouées aux dialogues et au langage corporel. La BD se concentre donc un maximum sur les personnes et très peu sur le décor qui les entourent. L’auteure oublie même régulièrement de dessiner les alentours tant c’est un élément secondaire dans sa liste de préoccupations quotidiennes.

Le corps devient superflu

Voir un pied marcher à quelques millimètres plus loin de la jambe à laquelle il serait habituellement attaché n’est pas une surprise lorsqu’on lit une bande dessinée de Vivian Chong. L’auteure est devenue graduellement aveugle après une grave réaction à un médicament. L’anatomie exacte des corps et la précision des formes ne font donc pas partie de sa façon d’appréhender le monde. Dancing After TEN est sa dernière production littéraire parue en 2020. Elle y fait référence à la nécrolyse épidermique toxique (TEN) qui est la maladie ayant entrainé la perte de sa vue. Les paysages et les personnes y sont dessinés de manière abstraite sous l’œil de moins en moins ouvert de Chong, mais les émotions transmises par la BD s’en trouvent encore mieux exprimées.

 

ACTUALITÉ/CUISINE

Connaissez-vous le riz de la Gaspésie?

-Mathilde Tremblay, mars 2022-

rizgaspésie1
Pour ma part, la réponse à cette question était « non » jusqu’à la semaine dernière où je suis entrée dans une nouvelle épicerie et que le riz de la Gaspésie m’est tombé dessus.

Le riz me tombe dessus

0,35$/100 pour du riz… c’est la moitié du prix habituel. Il est biologique et local. Impossible. D’où vient-il? De la Gaspésie. On aura tout vu.

Recherches approfondies

Le riz de la Gaspésie est en fait des grains d’avoine nue récoltés dans le Bas-du-Fleuve. Son goût et sa préparation rappel le riz, mais sous une forme plus brute. En fait, comparer le riz blanc au riz de la Gaspésie ressemble à comparer un bol de gruau fait de flocons d’avoine rapide à un fait de flocons d’avoine entière. Le premier ravi par sa rapidité de cuisson et sa légèreté tandis que le deuxième rassure avec ses bons grains costaux et chauds. Car oui, il faut prendre en compte que cette céréale gaspésienne doit mijoter environ 50 minutes avant d’être prête. Après, elle peut être utilisée dans n’importe quel plat où l’on verrait du riz ordinaire apparaître.

La meunerie La Minoterie des Anciens Inc. est actuellement l’un des principaux fournisseurs de riz de la Gaspésie biologique. Située dans la Haute-Gaspésie, elle a vu le jour pas plus tard qu’en 2012 avec comme objectif de dynamiser l’agriculture de la région.

Recettes simples et élaborées

La ferme Nature Highland de la Baie-des-Sables est, elle aussi, une fabricante de riz gaspésien. Quand vient le temps de le cuisiner, les propriétaires le servent simplement avec de l’huile de caméline et du sel.

De son côté, le magazine Caribou, qui se spécialise dans la cuisine à partir d’ingrédients du Québec, élabore des recettes plus complexes pour mettre en valeur l’avoine nue. Il propose par exemple l’avoinesotto (un fameux jeu de mots) qui est une version locale du risotto fait à partir de riz de la Gaspésie. À cela s’ajoute des asperges du Québec qui seront les premiers légumes à apparaître dans les champs et potagers en début du mois de mai. Fruits de mer, fines herbes et fromages de la région sont également proposés pour compléter l’avionesotto en fonction des choix alimentaires de chacun.e.

gaspésie

 

ACTUAITÉ/SCIENCE

Nuit lumineuse bienheureuse, nuit lumineuse malheureuse

-Mathilde Tremblay, février 2022-

nuit
Par une nuit claire, on peut sortir marcher son chien sans lampe et faire sa lecture du soir à la simple lumière de la fenêtre. Quand on parle du phénomène de la « nuit lumineuse », on parle soit d’un phénomène rare qui n’arrive qu’une seule fois par année, soit de pollution lumineuse.

Nuit lumineuse bienheureuse

nuitbienheureuse
Aussi appelée « nuit claire », le rare phénomène de la « nuit lumineuse » a longtemps été un mystère pour les scientifiques. Lorsqu’il survient, la noirceur de la nuit disparait presqu’entièrement et, pendant une courte période, on se croirait en plein jour. Les gens témoins d’un de ces épisodes de clarté nocturne rapportent avoir pu lire leur journal sans allumer de lumière par exemple.

Ce n’est que récemment qu’une hypothèse scientifique formulée au Canada a été confirmée quant à la cause de ces nuits lumineuses. Ce serait les ondes de Rossby qui seraient à la source du phénomène selon des chercheurs de l’Université York. Ces ondes se déplacent autour de la Terre par courants et, lorsqu’elles se retrouvent en forte quantité autour de la même région, leur énergie lumineuse éclaire la nuit comme un petit soleil. Si vous n’avez jamais vu de nuit claire, pas de panique, elles surviennent seulement 7% des nuits et ce, à n’importe quel endroit sur Terre. Si vous en avez déjà aperçu une, comptez-vous bienheureux.

Nuit lumineuse malheureuse

nuitmalheureuse
Si apercevoir une « nuit lumineuse » était déjà une grande chance il y a de cela des dizaines d’années, la quantité phénoménale de lumières allumées le soir dans les villes de nos jours rend les événements de nuit lumineuse presqu’impossible à voir. Dites-vous donc que si vous trouvez qu’il fait très clair le soir à Montréal, Québec et même Sherbrooke, on ne parle pas d’une nuit lumineuse, mais de pollution lumineuse. Une nuit lumineuse malheureuse.

La pollution lumineuse, c’est la lumière artificielle projetée vers le ciel qui chamboule la noirceur de la nuit. Le ministère de l’Environnement de de la Lutte contre les changements climatiques souligne trois grandes conséquences de la pollution lumineuse. D’abord, elle nous fait perdre contact avec les étoiles en rendant leur observation impossible. Ensuite, elle nuit à notre perception du cycle normal du jour et de la nuit allant même jusqu’à causer des migraines, des troubles du sommeil et des changements d’humeur chez certains. Finalement, relève le ministère, cette perturbation du cycle lumineux affectent aussi les écosystèmes. « Chaque année en Amérique du Nord, cent millions d’oiseaux attirés par la lumière meurent en percutant les gratte-ciel; les animaux perturbés par la lumière désertent certaines régions; les activités de migration, de prédation et d’accouplement peuvent être anormalement modifiées chez certaines espèces », explique le ministère.

Considérant les impacts significatifs de la pollution lumineuse, une pétition pour réduire certaines sources majeures de lumière artificielle au Québec a été mise en ligne la semaine dernière sur le site de l’Assemblée nationale. Les citoyens intéressés ont jusqu’au 14 mars 2022 pour signer la pétition. À ce jour, le nombre de signataire s’élève à 656.

Les personnes intéressées par la pétition peuvent se rendre sur le site de l’Assemblée général https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-9447/index.

 

ACTUALITÉ, RÉFLEXION, RECETTE DE CUISINE, CONSEIL, CRÉATION : ON EST PRÊT

Le journal est à la disposition des membres de Handi-Capable. Si vous avez quoi que ce soit que vous aimeriez transmettre au journal, envoyer le tout par courriel à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .Il nous fera plaisir de collaborer avec vous et de publier vos idées!

 

ACTUALITÉ/NATURE

Se familiariser avec l’agroforesterie en Estrie

-Mathilde Tremblay, février 2022-

Arbres, cultures et élevages s’entremêlent au bénéfice de chacun en agroforesterie. La forêt devient un garde-manger dans lequel une personne attentive n’a qu’à se promener pour cueillir ce dont elle a besoin. En Estrie, les sites d’agroforesterie font tranquillement leur apparition. La région de Barnston-Ouest abrite l’un d’entre eux. En effet, depuis 2008, la Forêt-témoin est la maison de plantes médicinales et de quelques champignons qui ont été plantés dans ses bois lors d’un projet de mise en valeur de la forêt.

Elle est aujourd’hui accessible au public, été comme hiver, par un sentier forestier. Cultur’Innov, l’un des organismes derrière la création de la Forêt-témoin, ressence quatre ingrédients ayant particulièrement su proliférer sur le site.

132891827244189959
L’asaret du Canada

Les tiges souterraines de cette plante ont un goût semblable au gingembre qui lui vaut le surnom de gingembre sauvage.

Son parfum : L’asaret embaume le gingembre frais.

Comment on l’apprête : Les tiges souterraines peuvent être bouillies dans de l’eau et du sucre pour faire un sirop de gingembre sauvage à verser sur les desserts. Les amateurs de bonbons peuvent aussi mettre le sirop au congélateur pour en faire des sucettes.

132891832082799335
Le ginseng à cinq folioles

Le ginseng à cinq folioles est très rare de nos jours et même classé comme espèce menacée au Québec. Il est reconnu comme la plante qui « guérie tout ».

Comment on l’apprête : Ce sont les tiges souterraines du plant qui sont souvent le centre d’intérêt des cueilleurs. Elles peuvent être utilisées en infusion pour faire une tisane que certains qualifie de tonifiante.

Les champignons

La Forêt-témoin abrite principalement deux espèces de champignons comestibles. Le pleurote en forme d’huître et le shiitake.

Leur parfum : Alors que le pleurote en forme d’huître surprend par son odeur d’anis, le shiitake dégage littéralement une forte odeur de champignon.

Comment on les apprête : Ces deux champignons sont excellent cuits dans la poêle avec du beurre et des fines herbes ou inclus dans vos pâtes.

champignon
(Shiitakes dans la Forêt-témoin)

Autres habitants

Finalement, le site de la Forêt-témoin est rempli d’érables, de cerisiers, de frênes et de bouleaux qui, eux, ne se cueillent pas, mais sont tout de même partie intégrante de la forêt de la région.sentier

bouleau
(À gauche : Bouleaux de la Forêt-témoin et À droite : Le sentier menant au site)

 

ACTUALITÉ/CULTURE

L’affirmation corporelle est propulsée par certains événements ayant lieu dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs

-Mathilde Tremblay, février 2022-

afroqueer
Le club sélect de la « beauté »

Si les modèles de beauté occidentaux promeuvent un corps fait de symétrie, de minceur et de peau blanche, ils sont très loin de représenter la diversité corporelle des personnes qui habitent notre société. Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) révèle d’ailleurs que 95% des femmes en Amérique du Nord ne correspondent pas à ces standards de beauté. Nous nous retrouvons donc avec un maigre 5% qui peut crier haut et fort sa beauté et tout un monde à qui la société chuchote à l’oreille de changer d’apparence.

Pour le Mois de l’histoire de Noirs (févier à mars), l’emphase est en partie mise sur la reconnaissance de la beauté noire. La parole est donnée à des artistes afro descendants qui accordent une visibilité à des corps en marge des normes de beauté exclusives.

Célébrer la diversité à l’écran

Le Mois de l’histoire des Noirs va de pair avec le festival des films et des arts LGBTQ+ afro. Durant tout le mois de février et jusqu’au 11 mars prochain, des dizaines de films créés par des artistes de la communauté noire LGBTQ+ sont accessibles gratuitement sur la platform de la fondation Massimadi. L’une des thématiques de cette année pour le festival s’intitule Affirmation corporelle. Dans cette catégorie, 4 œuvres cinématographiques travaillent à illustrer la beauté des personnes ayant la peau de couleur noire.

Parmi eux, on retrouve le documentaire Well Rounded de la directrice Shana Myara. Ce film nommé meilleur film canadien lors du dernier festival de film queer de Kingston allie l’illustration et l’humour pour que ses auditeurs n’aient plus jamais honte de leur corps. « Une source d’inspiration, en particulier pour ceux d’entre nous qui ne voient pas souvent leur identité BIPOC, LGB2TQ+, handicapée et/ou grosse célébrée à l’écran », voilà ce que le synopsis du film nous propose.

L’entièreté des films est disponible ici https://www.massimadi.ca/

Plus d’informations sur le Mois de l’histoire des Noirs et d’avantage d’activités ici https://www.moishistoiredesnoirs.com/

 

ACTUALITÉ/INFORMATIQUE

Une nouvelle formation sur comment gérer vos fichiers d’ordinateur sera offerte par Handi-Techno

-Mathilde Tremblay, février 2022-

ordinateur
L’histoire derrière Handi-Techno

Réparer des ordinateurs et donner des conseils informatiques, fait, depuis longtemps, partie du quotidien de Jean-François Denis. Il le faisait en donnant des cours au collégial avant de le faire bénévolement en même temps que d’occuper son poste au sein de l’organisme Handi-Capable.

Avec le temps, l’idée de pouvoir offrir un service informatique officiel aux membres de Handi-Capable a fini par faire son chemin. Une combinaison des dons offerts par le partenaire de Handi-Capable, soit la Fondation François Bourgeois, et de la décision de mettre M. Denis à la tête du projet nous transportent, en 2017, à la création de Handi-Techno.

Handi-Techno, c’est du dépannage informatique à domicile et à distance ainsi qu’un réseau de redistribution de matériel informatique. C’est aussi une opportunité environnementale et humanitaire pour les membres de Handi-Capable explique M. Denis. Chaque ordinateur réparé ou redonné représente moins de déchets et moins d’utilisation des métaux rares (souvent extraient au dépend de la santé des personnes employées à cette tâche) dont le matériel informatique est composé.

Prochainement sur vos écrans

Depuis deux ans, le partenariat avec la Fondation François Bourgeois se poursuit et de nouvelles donations permettent la création d’une formation sur les bases de l’informatique qui sera offerte aux membres de Handi-Capable. Donc, pour les intéressés, au courant de l’année, Handi-Techno rendra disponible en ligne cette formation dans laquelle une saine gestion des fichiers d’ordinateur sera expliquée. Ce sera l’opportunité d’apprendre à sauver un fichier sur une clé de mémoire USB par exemple.

Rappel dons d’ordinateurs

Le don de matériel informatique est, quant à lui, toujours d’actualité chez Handi-Techno. Ordinateur, imprimante, scanner, etc. en état fonctionnel, mais qui ne servent plus sont les bienvenues. Ceux-ci sont redistribués à d’autres membres de Handi-Capable qui en ont besoin. Pour recevoir ou donner du matériel informatique, il suffit d’appeler au bureau de l’organisme Handi-Capable.

D’ailleurs, M. Denis souligne que, comme le bureau s’est équipé avec du nouveau matériel informatique dernièrement, une tour et un portable stations de travail Debian Linux sont disponibles en ce moment pour être redistribués aux membres de l’organisme ou à toute personne handicapée intéressée.

 

ACTUALITÉ/LITTÉRATURE

La représentation du handicap dans la littérature jeunesse : vers de nouveaux horizons

-Mathilde Tremblay, janvier 2022-

Stéréotypes

De la longue histoire de la littérature et des médias, le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique retire une image stéréotypée des personnages à qui un handicap est attribué. Il semblerait que peu importe son nom et son type de handicap, le personnage n’a très souvent pas la chance d’avoir des caractéristiques autre que son handicap et qui lui seraient propre.

Le centre d’éducation relève d’ailleurs les trois types de représentation du handicap les plus courant. Allons à leur rencontre :

victime
#1 La victime… Souvent à la suite d’un accident, la victime doit vivre avec un handicap. Elle ne devient alors plus que l’ombre d’elle-même et n’est maintenant rien d’autre que son handicap. Ses proches ne la reconnaissent plus. Elle occupe dans l’histoire le rôle de l’être qui, autrefois « complet », est maintenant une occasion pour le lecteur d’exercer son empathie.

hero
#2 Le héros… Noble combattant, il se donne pour mission de surmonter son handicap. Ce ne sera pas facile et son chemin sera semé d’embuches, mais il parviendra à atteindre son but. Bien qu’il puisse sembler être une figure positive, le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique met en garde contre deux messages transmis par ce personnage. D’abord, « on présente le handicap comme un défi que le personnage doit surmonter afin d’être ‘’normal’’ ». Ensuite, cela renforce « la notion selon laquelle les handicaps peuvent être surmontés à la condition que la personne le ‘’veuille vraiment’’ ».

méchant#3 Le méchant… Sournois personnage ayant un handicap. Souvent à la tête des vilains. Il porte un gant noir pour cacher l’absence de sa main. Ou alors, le personnage souffre d’une maladie mentale qui le pousse à commettre des actes mauvais.

Nouveaux horizons

Un vent de changement souffle peut-être dans la littérature jeunesse. Du moins, c’est ce qui ressort du récent colloque international sur les représentations du handicap en littérature de jeunesse et sur les scènes contemporaines. De nouveaux livres pour enfants cessent de présenter le non-handicap comme la norme. Certains déstabilisent le lecteur en l’immergeant dans l’univers d’un personnage qui appréhende le monde différemment. D’autres rendent flou la notion de qui a un handicap puisque, après tout, chaque personnage est particulier.

Bref pour en juger par vous-mêmes, plongez dans les aventures d’un petit géant aveugle qui cherche à savoir de quelle couleur est le vent dans le livre tactile de Anne Herbauts ou partez dans les champs de colza rejoindre une famille surprenante illustrée dans l’œuvre, « Colza », de Karin Serres

 

ACTUALITÉ/COMMUNAUTAIRE

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse porte en appel le jugement de la Cour sur la discrimination systémique dont sont victimes les habitants ayant un handicap intellectuel

-Mathilde Tremblay, Janvier 2022-

questdevant
(L’institution Quest est l’un des controversés centres de réhabilitation pour personne ayant un handicap intellectuel encore actif à ce jour en Nouvelle-Écosse, photo : Mathilde Tremblay)

Surprise aux tribunaux

Après que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse ait été reconnu coupable de discrimination systémique envers les Néo-Écossais.es ayant une limitation intellectuelle, il annonce en début d’année qu’il portera ce jugement en appel.

Le système à la tête de la province maritime avait été amené en Cour par trois citoyen.nes ayant un handicap ou étant proche parent d’une personne dans cette situation. Les trois plaignants accusaient les politiques gouvernementales d’empêcher le développement et le bien-être des habitants des habitants vivant avec une limitation.

La vie pas du tout rose des citoyens ayant une limitation

Pour la plupart des Néo-Écossais.es, naitre avec un handicap intellectuel signifie être envoyé dans une institution. Ces établissements appelées « centres de réhabilitation régionaux » et « centres de résidences pour adultes » teintent les paysages de la Nouvelle-Écosse. À ce jour, ce sont encore huit CRR et CRA qui sont opérationnels dans cette provine alors que le reste du Canada a quasiment fermé l’ensemble de ces centres.

Les personnes ayant une limitation y sont envoyées parce que leur entourage n’est pas en mesure de leur fournir les soins nécessaires et ne reçoit aucune ou sinon très peu d’aide de la part du gouvernement. L’institutionnalisation devient donc la seule avenue possible pour ces gens.

Pour beaucoup de citoyens, en refusant d’offrir des alternatives pour permettre aux personnes ayant un handicap intellectuel de rester chez elles, le gouvernement leur retire leur droit à l’implication communautaire et à être perçues comme des êtres à part entière. C’est sans compter les témoignages de nombreux « patients » des centres qui décrivent ces endroits comme des prisons où l’ennui règne. Des cas de violences physiques et psychologiques entre les murs de ces bâtiments sont également rapportés.

questcloture1
(L’institut Quest est entièrement clôturé, certains le compare à une prison, Photo : Mathilde Tremblay)

Un mouvement citoyen pour l’intégration

Depuis l’entrée du cas aux tribunaux, des mouvements pour le bien-être des Néo-Écossais.es ayant un handicap intellectuel ont pris de l’ampleur. Le citoyen Brad Rivers a décidé de donner une voix aux personnes ayant vécu dans l’une des institutions de la province.

En partenariat avec People First Nova Scotia, un organisme de lutte pour les droits des personnes ayant un handicap dans la région, il a lancé le projet du « Freedom Tour Nova Scotia ». Un film produit par des habitants de la Nouvelle-Écosse ayant une limitation et qui présente les histoires d’anciens patients d’instituts et de leur famille.

Rivers mentionne à Radio Canada qu’il espère que le documentaire permettra de transmettre un message d’intégration tout en sensibilisant le public à la problématique vécue à l’heure actuelle par de nombreux habitants de la province.

Voici le lien vers le documentaire « Freedom Tour Nova Scotia » : https://www.disabilityrightscoalitionns.ca/freedom-tour-of-nova-scotia/

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>

JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL
Top